Mayoke Photography »

[Recadrage, Ajustement & Éthique] | Déclaration du 24 Juillet 2019


🌿
Mes chères lectrices & lecteurs 🌿

Tout d’abord un grand merci d’ĂŞtre fidèlement au rendez-vous pour chacune des publications sur cette page, c’est toujours une joie pour moi de vous partager mes nouvelles rencontres, aventures et rĂ©alisations.

Je souhaite vous faire part d’un ajustement professionnel et personnel quant Ă  la pratique de mes sĂ©ances photographiques, qui me parait important de formuler afin qu’il prenne acte Ă  la fois en mots et en matière.

La semaine de travail vĂ©cue auprès de mes collègues autochtones aux Nations Unies a achevĂ© de m’ouvrir les yeux sur la nĂ©cessitĂ© d’une cohĂ©rence et d’une Ă©thique unifiĂ©e Ă  ma vie personnelle et professionnelle. En tant que photographe, j’ai passĂ© ces dernières annĂ©es Ă  offrir des sĂ©ances photographiques cĂ©lĂ©brant l’humain, la beautĂ© du vivant, comme un cataplasme aimant aux corps vulnĂ©rables et aux âmes meurtries.
J’aime profondĂ©ment ces expĂ©riences de rencontres authentiques, face Ă  face, sans filtre et sans artifice. Voyager quelques heures dans l’univers de l’autre est personnellement une profonde source de joie qui ne s’est jamais tarie.

Cependant aujourd’hui, il me semble nĂ©cessaire d’annoncer que je ne souhaite plus rĂ©aliser de sĂ©ances photographiques dĂ©rivĂ©es Ă  des fins promotionnelles pour les personnes travaillant dans l’univers du « dĂ©veloppement personnel », tout spĂ©cifiquement Ă  toutes pratiques associĂ©es au chamanisme.

Exposée aux violents abus culturels, identitaires et spirituels des peuples autochtones, je réalise que laisser mes créations devenir des supports visuels de pratiques dont je ne partage pas (ou plus) les aboutissements, représente un abus idéologique aux traditions ancestrales et une violence à mon intégrité.

J’invite donc les personnes Ĺ“uvrant dans ce milieu Ă  engager une discussion avec moi avant tout projet photographique, ne serait ce que pour Ă©changer autour de la compatibilitĂ© de nos travaux.

La « photo-thĂ©rapie » a vu le jour dans une dĂ©marche de support, de rĂ©vĂ©lation concrète par l’image qui n’a d’autre vocation que d’ĂŞtre un dialogue de Soi Ă  Soi. Je demeure photographe « humaniste », dans une vision de profond amour pour l’ĂŞtre humain, qui est seul dĂ©cideur de la valeur thĂ©rapeutique de l’expĂ©rience pour lui-mĂŞme et de l’autonomie qu’il veut bien s’offrir. J’aime les histoires, les liens entre les humains et la Terre qui nous porte.
Je souhaite conserver cette optique d’expression pour mes prochains travaux Ă  l’avenir, avec un respect renouvelĂ© des espaces naturels et sacrĂ©s qui nous accueillent.

Je souhaite la bienvenue aux personnes Ĺ“uvrant dans tous les domaines. Avec plaisir de vous rencontrer pour raconter en lumière une bribe de votre histoire, le temps d’un voyage photographique. Les images seront rĂ©alisĂ©es dans un cadre personnel et je vous inviterai Ă  vous engager Ă  ce qu’elles le demeurent. Des exceptions seront envisagĂ©es pour les professionnels au mĂ©tier validĂ© par un diplĂ´me reconnu ou Ă  valeur traditionnelle (ex. psychologue, sage femme, menuisier, fermier…).

Je poursuis l’envie vibrante de raconter l’humain, Ă  travers des histoires oĂą la pudeur trouve sa juste expression.

Merci de m’avoir lue et au plaisir de rĂ©aliser nos prochaines aventures ensemble, dans un contexte empreint d’Ă©quilibre (on fait de notre mieux!) et de simplicitĂ©,

🌿 Mayoke 🌿

Photo on Workshop by Lise Marchesi

[RĂ©trospective & Positionnement] | DĂ©claration du 1e Janvier 2020

🦊 [ Merci 2019 | Bienvenue 2020 ] 🦊

2019 s’achève et avec elle, l’heure de la rĂ©trospective, qui propose de se dĂ©pouiller de l’ancien pour accueillir le nouveau.

En parlant de bilan, cela fait maintenant 10 ans que j’ai Ă©tĂ© immergĂ©e malgrĂ© moi dans la dĂ©couverte du monde subtil et de l’invisible, guidĂ©e par bien des hommes et des femmes mĂ©decine, mĂ©diums, clairvoyants, guĂ©risseurs, sages ou intellectuels de cultures amĂ©rindiennes ou occidentales. Telle une anthropologue des systèmes, mettant moi-mĂŞme les « mains dans le cambouis », j’ai explorĂ© le monde de l’Ă©nergie par les mains, la visualisation et le tambour, afin d’en comprendre les effets et les règles.
Au contact des peuples autochtones, j’ai remis en question ma manière fondamentale de voir le monde, d’apprĂ©hender l’espace-temps, dans une dĂ©construction intĂ©rieure douloureuse, toutefois ouvrant Ă  d’autres philosophies.

L’immersion dans ce monde mystérieux m’a aussi exposée aux sorciers et sorcières redoutables de toutes cultures, maîtres de la manipulation de masse, effrayants fossoyeurs des âmes, oeuvrant dans les domaines de la santé traditionnelle et alternative, du bien-être et de la spiritualité.
A leur contact, j’ai pu expĂ©rimenter les mĂ©canismes de l’Ă©go et du pouvoir existant en chacun de nous, menant l’humain Ă  la folie, la souffrance psychique, la maladie mentale et la perdition.

Heureusement, j’ai aussi eu la chance de croiser des humains expĂ©rimentĂ©s sur ma route. J’ai avant tout pu compter sur les personnes aimantes et solides qui m’ont entourĂ©e avec sagesse le temps de mon apprentissage. Qui ont su avec justesse et patience me ramener tranquillement Ă  la maison.

Avec davantage de recul aujourd’hui, Ă©loignĂ©e depuis quelques temps de ces viviers encourageant le « dĂ©lire collectif », je me suis interrogĂ©e sur la meilleure attitude Ă  avoir face Ă  l’intelligence de l’ombre.

C’est ainsi que par précaution et écologie personnelle, je choisis de déposer définitivement aux pieds de 2020 toutes mes implications proches ou lointaines, présentes ou passées avec le monde de la thérapie, du développement personnel, du chamanisme et toutes formes de néo-spiritualités, en particulier dans le milieu du bien-être.

Ma pratique photographique se précisera désormais vers le documentaire de vies humaines et le précieux héritage de nos anciens, la photo-thérapie se réservant aux personnes réellement malades et souhaitant célébrer leur combat et leur résilience.

Dans le concret, parlez moi uniquement de raclette party, de sortie cinéma, de rando montagne. Laissez tomber le reste.

D’après mon humble expérience, les risques de perdre pied dans ces mondes séduisants sont absolument réels et d’autant plus perfides qu’ils prennent une apparence inoffensive. Selon moi, ils favorisent dangereusement la faille psychique.
La nĂ©o-spiritualitĂ©, l’injonction au bonheur et Ă  la concrĂ©tisation des rĂŞves rivalisent de crĂ©ativitĂ© pour dissimuler les pièges de la manipulation, que j’ai tout particulièrement croisĂ© dans le milieu de l’éveil du fĂ©minin et actuellement en plein essor dans l’industrie du voyage.

Bien d’autres avant moi ont dĂ©montrĂ© que nos reprĂ©sentations et nos illusions tenaces se tiennent prĂ©cisĂ©ment dans les repères empruntĂ©s Ă  d’autres cultures, ceux inventĂ©s par besoin d’exotisme ou pour Ă©chapper Ă  une rĂ©alitĂ© trop difficile Ă  supporter.

Je me suis rendue compte, au fur et Ă  mesure que je creusais, que le puis de notre ignorance Ă©tait sans fond.
Nous ne savons rien…en particulier de l’origine et des effets des Ă©nergies que nous nous hâtons de manipuler par jeu, orgueil ou totale inconscience.

Notre besoin de magie, que nous ne voyons plus dans les petites choses simples, nous perd.
Notre blasitude et notre ennui, n’étant plus être humain en situation de survie, nous égarent.
L’altération du lien familial et clanique, l’amnésie culturelle, la pauvreté intellectuelle, le besoin brûlant d’être reconnu comme un être exceptionnel au destin extraordinaire, nous dépouillent de notre discernement, nous rendent méprisants de l’ordinaire, disponibles voire demandeurs de communautés toxiques virtuelles.
Il convient de regarder en face notre part de responsabilité dans l’existence de nos bourreaux.

Je suis intimement convaincue que la dĂ©mocratisation du chamanisme est une terrible erreur. Et comme mes aĂ®nĂ©s ont pu le constater avant moi, je pense qu’à l’instar de tant d’autres illusions, les chakras ou le FĂ©minin SacrĂ© n’existent pas.

Je suis heureuse d’en avoir terminé avec cette (en)quête là et de prendre pour de bon mes distances avec ce milieu.

J’aspire à laisser en 2019 ma volonté de vouloir convaincre et sauver les autres selon ma compréhension et ma représentation du Monde, car chacun est adulte, vit sa réalité et demeure responsable de ses choix.
Je vais entamer la nouvelle annĂ©e avec plus d’occupation discrètes, simples et terriennes, hors de l’exposition publique, autour de ma famille, la photo, la transmission et la nature, avant tout dans mon pays, sur ma Terre de naissance et de vie.

2020 accueillera, à ma mesure, toujours autant de passion et d’énergie à tenter de rendre ce monde plus juste et plus humain.
Par cette nouvelle appréhension de nos sociétés, je vais continuer à explorer le joyeux démantèlement de nos systèmes pervers.
Je continuerai à dénoncer sereinement les abuseurs de tous milieux, surtout grâce à des opérations d’information et d’éducation avec les outils dont je dispose. J’en fais un devoir citoyen, surtout pour protéger les plus jeunes.

Quant à ma pratique du voyage, elle quitte définitivement la frénésie et la fuite.
Elle sera plus réfléchie, exceptionnelle, prête au renoncement. Du temps pour sillonner mon territoire que je dois réapprendre à nommer, assurément.

Si vous me cherchez, je serai certainement avec ma grand-mère en pleine partie de Scrabble, chants liturgiques en boucle. A moins que ce ne soit les pieds dans l’eau, à prendre soin de ma rivière d’enfance.

Y aurait il autre chose au final, qui puisse compter vraiment?

Excellent dĂ©but d’annĂ©e 2020 Ă  toutes et tous, vous souhaitant sincèrement la paix, la santĂ©, l’amour de vos proches, des joies simples et mĂ©morables en Nature et des heures de lecture au coin du feu.

Prenez soin de vous, 👋🏻

Mayoke